Depuis notre naissance, nos habitudes alimentaires sont sous le contrôle d’autres personnes. Réfléchissez un instant : avez-vous été nourri au sein ou au biberon ? Qui a choisi ? Qui a décidé qu’il était temps de vous sevrer et de passer à des aliments solides ?

junk food

Quelques années plus tard, est-ce vous qui établissiez le menu de la cantine ? Aujourd’hui, pouvez-vous demander ce qui vous plairait dansvotre restaurant d’entreprise ? Et quand vous rentrez chez vous, pouvez-vous dîner comme vous l’entendez ? Même si c’est vous qui faites la cui- sine, vous êtes tributaire de votre budget et des ingrédients disponibles.

Thé à la lavande

La plupart des repas consommés depuis notre naissance ne résultent pas de nos choix person- nels. Nous mangeons en fonction des influences de notre milieu.

Vous vous dites peut-être : « Mon problème ne vient pas des repas, mais de ce que je gri- gnote entre deux, des confiseries que je fourre dans mon caddie au supermarché. Et ça, c’est mon choix personnel. »

Absolument pas. Votre envie d’acheter une friandise chocolatée se déclenche à la suite d’une association d’idées créée par la publicité. Les annonceurs de malbouffe n’ont qu’un seul but : vendre la plus grande quantité possible de poi- sons addictifs au plus grand nombre possible de clients. Leurs mensonges ne connaissent aucune limite, leur habileté diabolique non plus, et ils parviennent à vous faire croire que ce mélange mortel de sucre et de graisses vous procure de l’énergie, tout en vous rendant plus sédui- sant et plus décontracté. Certains de ces pro- duits sont même vendus exclusivement à telle ou telle période de l’année ; ainsi, certains par- fums de glaces sont réservés à l’été, comme s’il s’agissait de marchandises saisonnières, comme les fruits ! Ces gens-là se fichent de votre sil-

de la racine de guimauve

houette, de votre santé, de votre bien-être et de votre bonheur : ils veulent uniquement vous rendre accros.

Une fois l’image mensongère implantée dans votre cerveau, il suffit d’une association d’idées pour déclencher votre envie de malbouffe : quand par exemple vous entendez le jingle lié à une marque de barres chocolatées, ou que vous voyez passer la même voiture que dans une pub pour des glaces.

 

Ce n’est pas un choix, c’est du lavage de cerveau

Dans bien des cas, nous ne contrôlons même pas la quantité de nourriture que nous consommons. En ce qui me concerne, j’avais coutume de finir mon assiette jusqu’à la dernière miette. Nous sommes conditionnés à penser qu’il est mal élevé de lais- ser des aliments que quelqu’un a cuisinés pour nous. Mais est-ce vous qui décidez de la quantité de nourriture ? Et quand vous servez les autres, tenez-vous vraiment compte de leur appétit et de leurs envies ? N’avez-vous pas plutôt tendance à remplir copieusement leur assiette pour ne pas avoir l’air radin ?

Dans le monde entier, les fêtes vont de pair avec les excès de table. Le repas de Noël anglais en est la parfaite illustration. Même les gens qui se contentent d’ordinaire de rations raisonnables se retrouvent brusquement devant un amoncelle-

ment monstrueux de dinde, de bacon, de saucisses, de farce et de différents légumes, le tout noyé sous un déluge de sauce à la mie de pain et de canneberges. Comme si cela ne suffisait pas, il faut ensuite faire un peu de place pour un pud- ding à base de graisse de rognon, nappé de cognac et de beurre. Et tout le monde se sent obligé de terminer son assiette. Alors que cette journée devrait être un moment de bonheur partagé en famille, vous en ressortez ballonné, léthargique,

gonflé par des plats qui devraient vous apporter du plaisir et qui ne vous causent que des désa- gréments. Vos reins et votre          foie   sont   inca- pables d’éliminer toutes les toxines, tandis votre estomac et vos intes- tins ne parviennent pas

à faire face. C’est ainsi que le surplus toxique est stocké dans votre organismesous la forme de graisse.

Désormais, c’est vous qui contrôlerez  ce      que     vous mangez, et non l’inverse. Vous déciderez librement quels sont vos mets favoris, quelle quantité vous souhaitez en consommer et à quel rythme.

Vous pourrez manger ce que vous aimez, autant que vous le désirez, à l’heure de votre choix, aussi souvent que vous voulez, et peser exactement le poids que vous souhaitez, sans régime, sans exercice physique particulier, sans faire appel à votre volonté et sans ressen- tir de frustration.

10 meilleures eaux de désintoxication pour brûler les graisses et perdre du poids
Choisir et non pas subir

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *